EgliseliberteegalitefraterniteNous étions hier au Vieux-Bourg de Commentry, par la même occasion, nous évoquions les coutumes de la population et l'histoire de notre ville où tout commença avant que la grande révolution industrielle ne modifia le cours de son existence.

Pourquoi trouvons nous deux églises à Commentry ? Nous l'avons vu, Saint-Front était trop petite au Vieux-Bourg et une nouvelle ville allait naître. Avec elle, un nouvel édifice religieux.

Ainsi allait être construite en 1851, dans un style néo-classique, la première église de France, consacrée au Sacré-Cœur, dont  le plan primitif avait été tracé en 1846 par M.ESMONOT. Mais c’est en fait Gilbert DECHAUD qui l’adjudicataire retenu pour lancer les travaux d’élévation.

« Le 30 novembre 1852, le Conseil municipal de Commentry adressait une supplique à l’Evêque de Moulins dans le but d’obtenir du gouvernement des crédits supplémentaires pour achever l’édifice dont le devis s’élevait à plus de 100.000 francs. L’Empereur avait ajouté un don de 300 francs sur sa cassette privée, suivant lettre du 25 mai 1853. A l’occasion de la poste de la première pierre, il y eut procession et grand faite sous la présidence de l’Evêque de Moulins, avec l’assistance de la Garde Nationale. Le devis du presbytère fut arrêté en même temps à la somme de 8530 fr.95. »

Au total, les travaux durèrent 2 ans. A l’origine, le nouvel édifice devait s’orner d’un clocher, avec flèche de trente mètres. On le remplaça finalement par un dôme et un campanile en façade, pour faire office de clocher. A son extrémité, trois cloches offertes par les familles Mony, Rambourg et Virloy ; chacune d’elles portent le nom et la qualité de leurs "parrains" et "marraines", gravés dans le bronze. Elles sont aujourd'hui automatisées. D'après d'anciens commentryens, "le glas existe toujours, approprié aux dangers ou pour marquer un évènement grave dans la vie de notre petite patrie locale".

Le 21 aout 1853, Monseigneur de Dreux-Brézé, Evêque de Moulins devait l’inaugurer. Devenue propriété de la Ville de Commentry, au moment de la loi de séparation des Eglises et de l’Etat en 1905, il figurerait longtemps sur la façade de l’église, la devise de la République « Liberté, Egalité, Fraternité », en signe de l’importante sécularisation du culte catholique dans la cité ouvrière et socialiste.


Des airs de Sainte-Marie-Majeure…


Contrairement aux églises romanes de nos villages, celle de Commentry voit son coeur orientée vers l’ouest. Conçu dans un style moderne, suivant un plan rectangulaire, le Sacré-Cœur a été bâti selon un plan rectangulaire, partagé en trois vaisseaux. Ses piliers carrés, soutenant un plafond à caissons d’une hauteur de 15 mètres, sont inspirés des églises romaines.

Émile MÂLE, en livre une analyse architecturale, historique et scientifique, dans les Annales Bourbonnaises :

 

Sans titre 7« Il n’y a point de monuments à Commentry. La fontaine surmontée d’une statue en fonte de Saint-Eloi, qu’on repeint avec bonhomie, n’a pas tant de prétentions. Quant à l’église, elle date de quarante ans à peine, mais elle n’est pourtant pas, quoi qu’on en dise,  insignifiante.

Elle a la simplicité des plus anciennes basiliques de Rome et elle fait penser à Saint-Marie-Majeure ou à Saint-Laurent-hors-les-Murs. Il y manque, je le sais, les belles colonnes antiques prises aux temples des dieux, il y manque les mosaïques, les fresques, les ambons incrustés par les Cosmas, il y manque presque tout : mais qu’importe ? Puisque telle qu’elle est, elle nous fait songer au christianisme primitif.

L’architecte de l’église de Commentry fut un homme de goût. Il n’a voulu faire ni une église romane, qui convient à l’antique sauvagerie des bourgs rustiques, ni une église gothique dont la magnificence ne convient qu’aux grandes villes ; - il a fait une basilique des temps les plus primitifs, qui seule pouvait, par sa parfaite modestie et par les souvenirs qu’elle éveille, ne point choquer dans un tel endroit.

 

Il fallait, parmi tous ces ouvriers, que le christianisme se souvînt de ses origines ; et cette église, pareille à celles où les mineures des catacombes et les esclaves des carrières, se donnaient le baiser de paix, il y a quinze cents ans, est touchante ici. Faut-il ajouter que ses cloches ont un son pur et amical et que cette église, d’une beauté médiocre, ressemble à ces personnes laides qui séduisent par une voix harmonieuse. »