samedi 3 juin 2017

Accords de Paris : rester à la hauteur des enjeux

logoLe Parti socialiste partage la stupéfaction du monde sur la décision confirmée jeudi 1er juin par Donald Trump, de sortir les États-Unis des accords de Paris.

Il salue le discours très ferme du président de la République prononcé, hier soir, s’opposant à toute renégociation à la baisse des engagements arrachés de haute lutte en décembre 2015 sous le quinquennat de François Hollande. Il se félicite aussi des nombreuses réactions, notamment aux États-Unis, appelant à rester fidèle aux ambitions de cet accord universel pour le climat.

Cette décision du Président américain appelle à une mobilisation supplémentaire de l’ensemble des autres acteurs, et au premier chef de l’Europe pour répondre aux enjeux du changement climatique.

Il en va notamment du devenir du fonds vert de l’ONU pour le climat lancé en 2011 et dont la COP21 a fixé l’ambition d’une dotation de 100 milliards de dollars par an à partir de 2020.

Au-delà, il appartient effectivement à la France – en lien avec ses partenaires européens – de prendre sa pleine part dans les initiatives qui permettraient non seulement d’empêcher toute remise en cause des accords de Paris mais aussi de relancer la mobilisation de tous face au défi climatique.

Ce nouvel élan doit s’appuyer sur la communauté des acteurs de la transition écologique à qui il faudra garantir des moyens massifs pour la recherche comme pour les investissements. Dans cet esprit, l’annonce d’un plan d’accueil des scientifiques et entrepreneurs américains travaillant sur les questions climatiques et environnementales est une première réponse. Il convient aussi de s’assurer de la mise en œuvre de la loi de transition énergétique et d’amplifier les investissements dans les énergies renouvelables.

Ce nouvel élan doit aussi se fonder sur le dynamisme de la société civile et du réseau des villes qui, aux quatre coins de la planète, partagent la pleine conscience des enjeux du réchauffement climatique et sont déterminés à y apporter les réponses nécessaires.

Oui, il n’y a pas de plan B, ni de planète B et oui nous devons être à la hauteur, dans nos actes, du moment historique que nous traversons. Le Parti socialiste sera pleinement engagé dans ce combat essentiel.

Posté par secret ps ctry à 12:00 - Permalien [#]

#LEGISLATIVES - Proposition n°19 - Défendre la culture !

twitter-21

Posté par secret ps ctry à 05:54 - Permalien [#]

vendredi 2 juin 2017

Moralisation de la vie publique : des avancées mais aussi des manques...

logo-social-ecologie-fond-rougeLe Garde des Sceaux, François Bayrou, présentait  à la presse le contenu du projet de réforme « pour la confiance dans notre vie démocratique ».

Alors que le Premier ministre annonçait il y a à peine deux jours le report de son examen en Conseil des ministres, difficile de ne pas y voir une tentative de la part du gouvernement de faire contrefeu face à l’ « affaire Ferrand ».

La réforme présentée aujourd’hui s’inscrit dans la continuité de ce qui a été réalisé lors du précédent quinquennat et reprend de nombreuses propositions portées de longue date par les socialistes ou par les associations de lutte contre la corruption.


Qu’il s’agisse de la suppression de la Cour de justice de la République, de l’interdiction des emplois familiaux, ou encore de la fin de la présence des anciens présidents au sein du Conseil constitutionnel sont autant d’avancées majeures.

En responsabilité, et dans l’esprit qui été le sien tout au long du dernier quinquennat, le Parti socialiste appuiera ces propositions et soutiendra tout ce qui fera avancer la démocratie. La réforme constitutionnelle qu’elle implique, tout comme celle du Conseil supérieur de la magistrature, et que nous n’avons pas pu faire, faute de majorité au Congrès, est nécessaire.

Toutefois, la réforme présentée aujourd’hui comporte de nombreux manques. Ainsi, par exemple, l’exigence d’un casier judiciaire vierge, annoncée pourtant par le chef de l’Etat n’a pas été mentionnée.


D’autres sujets, pourtant essentiels, sont également absents à ce stade : la question des donateurs importants pour les campagnes électorales et les groupements politiques, la nécessaire indépendance du parquet, le renforcement de l’encadrement du lobbying ou encore le statut des collaborateurs parlementaires.

Une telle réforme est attendue, elle est nécessaire, urgente, elle doit être d’ampleur, à la hauteur pour restaurer sur le long terme la confiance dans l’action publique.

Une telle réforme ne pourra être efficace que si elle est accompagnée d’une augmentation des moyens pour la Haute autorité de transparence de la vie publique et la Commission nationale des comptes de campagne et des financements publics à la hauteur de ses missions.

Le Parti socialiste sera vigilant et sera force de propositions pour que cette réforme ne soit pas un rendez-vous manqué pour la revitalisation de notre démocratie.

Posté par secret ps ctry à 19:32 - Permalien [#]

jeudi 1 juin 2017

#Législatives - Proposition n°17 - Défendre la justice sociale

twitter-19

Posté par secret ps ctry à 17:02 - Permalien [#]
Tags : ,

Spécial élections législatives : le mode de scrutin

18814545_1336758503044707_7430464723965322395_oLes députés sont élus au scrutin uninominal majoritaire à deux tours.

Pour être élu député, le candidat doit obtenir :


- au premier tour, la majorité absolue des suffrages exprimés et un nombre de voix au moins égal au quart du nombre des inscrits ;


- au second tour, la majorité relative (en cas d’égalité des voix, le plus âgé des candidats est élu).

Seuls les candidats ayant obtenu au premier tour un nombre de voix représentant au moins 12,5% des électeurs inscrits peuvent participer à ce second tour.

Si un seul candidat remplit cette condition, ou aucun, seuls les deux candidats arrivés en tête du premier tour peuvent se maintenir.

Photo : AFP, Philippe Hughen - Info : Assemblée Nationale

Posté par secret ps ctry à 16:59 - Permalien [#]

C’est pénible, la pénibilité ?

shutterstock_288491216

Le Président de la République a décidé d’un moratoire sur le compte pénibilité qu’approuve bien évidemment son gouvernement ; tout  cela pour satisfaire le patronat. Il est bien possible aussi, par la suite que la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle, passe par pertes et profits.

Mieux que « d’essayer » cette nouvelle majorité, c’est une bonne gauche qu’il lui faut aux Législatives. C’est-à-dire, envoyer le maximum de députés qui seront vigilants et opposants si nécessaire au travail de démolition des acquis sociaux. 

Mais pour en revenir à ce moratoire, il faut y voir la volonté déguisée de donner des gages au MEDEF. Monsieur Gattaz dit « qu’il est pénible d’évaluer la pénibilité ».

Il est vrai que ceux qui veulent lui donner raison n’ont sans doute jamais éprouvé la rudesse des conditions de travail à l’extérieur, dans le bâtiment, dans les industries lourdes pour ne citer que quelques exemples auxquels on peut ajouter le travail de nuit et/ou posté. Car la seule pénibilité qu'ont connue Édouard Philippe et Emmanuel Macron, a été de choisir entre la haute fonction publique et Areva pour l'un et Rothschild pour l’autre.  

Il revient à la gauche et aux Socialistes de dire que ce moratoire est inacceptable, car il va priver les salariés du privé exposés à au moins un facteur de pénibilité, de partir plus tôt à la retraite. Ou encore de se former ou de travailler à temps partiel. 

Le gouvernement de droite, en réponse aux critiques, a dit vouloir simplifier le compte pénibilité. Ce qui veut dire en langage diplomatiquement correct qu’il sera vidé de sa substance. 

Posté par secret ps ctry à 13:31 - Permalien [#]

Législatives : le clip de campagne du PS

 

Posté par secret ps ctry à 07:19 - Permalien [#]

mercredi 31 mai 2017

[Elections Législatives 2017] 🤔👫 Rôle et missions des députés

18738871_10154859339752991_9042204442999791015_o

Posté par secret ps ctry à 12:40 - Permalien [#]

La justice sociale d'abord !

Capture d’écran 2017-05-30 à 23

 

 

Posté par secret ps ctry à 05:36 - Permalien [#]